Le compostage de couches : comment transformer nos besoins en fleurs ?

Nous compostons les couches-bébés usagées des petits citadins !

En France, ce sont 3.5 milliards de couches bébé qui sont achetées et jetées chaque année. Et dans les ordures ménagères d’une famille avec bébé, les couches bébés jetables peuvent ainsi représenter ⅓ de la poubelle.

Or une couche met 400 à 450 ans pour se dégrader naturellement en décharge.

Pourtant, une couche usagée c’est 75% de matières organiques (urine, matière fécale, cellulose), qui ne demandent qu’à « revenir à la terre ». 

Nous faisons le pari que demain, le compostage des couches deviendra une évidence et peut-être même une obligation pour tous. En Nouvelle-Zélande, c’est un procédé qui existe depuis 2008 et du compost de couche y est déjà commercialisé.

Nous menons un projet de recherche accompagné et financé par l’ADEME (appel à projet GRAINE) visant à étudier la faisabilité et les caractéristiques d’un compost fabriqué à base de couches jetables usagées. 

Ce projet a pour objectifs de démontrer les qualités agronomiques du compost de couches afin de permettre sa production et sa commercialisation en France. Il regroupe plusieurs partenaires. Du côté scientifique, nous bénéficierons de l’expertise de l’APESA et du CNRS.

Nous rentrons désormais dans une phase d’expérimentation de collecte et de traitement des couches en conditions réelles. A la rentrée 2019,  pour poursuivre nos tests, nous allons collecter chaque jour les couches usagées d’une dizaine de crèches parisiennes, dans le cadre d’un appel à projet de La Petite Enfance de La Ville de Paris.  

Une expérimentation « maison » très parlante !